Back to top

Fake for Real

Une histoire du faux et de la contrefaçon

(OCTOBRE 2020 - OCTOBRE 2021)

Dans la grisaille de la routine quotidienne, le sensationnel, le spectaculaire et le surnaturel nous permettent d’échapper à l’ordinaire. Mais le jeu de l’imposture n’est amusant que si nous en acceptons les règles. Ceux qui se laissent abuser risquent gros: argent, crédibilité, intégrité... Certains y ont laissé la vie.

Aujourd’hui, la désinformation est partout, mais le mal est ancien. L’histoire regorge de faux-semblants de toutes natures. Le Cheval de Troie, modèle mythologique de la supercherie, fait ainsi écho aux problèmes contemporains d’un monde dominé par Internet.

Embarquons pour un voyage dans le temps et aventurons-nous au gré des fraudes et falsifications qui ont jalonné l’histoire tout en gardant un œil sur la réalité des choses.

RÉGNER ET PRIER

Qu’est-ce qui légitime le pouvoir? Cette lutte incessante n’a jamais cessé entre le politique et le religieux. Les empereurs romains s’arrogeaient un pouvoir divin. Les papes tentaient de capter le pouvoir temporel. Certains lieux étaient sacralisés par des reliques de saints. Empereurs irréprochables, papes à la moralité parfaite et saints protecteurs. C’est bien trop beau pour être honnête. Nous savons heureusement à quoi nous en tenir face aux témoignages fallacieux du passé. Le courage et la curiosité de certains nous ont permis de découvrir l’envers du décor.

COMPRENDRE LE MONDE

L’invention de l’imprimerie nous a permis d’accéder à une quantité d’informations sans précédent, dont la croissance exponentielle est loin de garantir l’exactitude. Pour s’assurer gloire et fortune, certains n’hésitent pas à diffuser de fausses nouvelles à un public avide de scoops. Même dans le domaine de la science, certains résultats ont été délibérément faussés. Le caractère falsifiable de la science, qui expose toute théorie à l’éventualité d’être invalidée, n’est pas un défaut, mais une caractéristique essentielle de la méthode scientifique, qui la distingue de tous les autres systèmes qui tentent de donner un sens au monde.

UNIR ET DIVISER

Les faux et les contrefaçons ont joué un rôle majeur dans la formation des identités ethniques et nationales aux 18e et 19e siècles. Partout en Europe, des faux «patriotiques» ont été mêlées à des découvertes historiques authentiques pour renforcer les mouvements nationaux. Les nations modernes se sont construites sur des histoires communes et contre des ennemis communs. Les faux documents, les théories du complot et les dénis de justice ont fait apparaître des boucs émissaires et de les condamner, avec les conséquences dévastatrices et durables que l’on sait.

LA GUERRE

La vérité serait, dit-on, «la première victime de la guerre». Car n’est-il pas de période plus propice au mensonge et à la tromperie? Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe s’est transformée en immense champ de bataille. Mieux valait-il bien choisir à qui accorder sa confiance. Il fallut des décennies pour établir la réalité des crimes commis ou couverts par les régimes totalitaires.

FAUX ET FORTUNE

Le profit a toujours été l’un des principaux motifs de contrefaçon. Monnaie, œuvres d’art, produits de luxe et biens de consommation courante sont contrefaits dans un but lucratif. Copier ce que les gens désirent le plus, qu’il s’agisse de l’œuvre d’un primitif flamand ou d’un sac Vuitton, est devenu banal dans notre société consumériste et mondialisée. Mais le faux a aussi été utilisé pour dénoncer notre insatiable soif du «toujours plus, toujours moins cher et toujours plus nouveau», comme l’illustre l’expérience du documentaire «Le rêve tchèque».

L’ÈRE DE LA POST-VÉRITÉ?

L’expression «société de la post-vérité» désigne une culture dans laquelle l’opinion publique se fonde sur les émotions et les opinions personnelles plutôt que sur des faits. Les fake news, ou infox, en sont les symptômes les plus flagrants.

Elles ne sont certes pas propres à une époque particulière, mais ce qui les caractérise aujourd’hui, c’est qu’elles se diffusent à grande vitesse et dans le monde entier grâce à internet et aux moyens de communication modernes. Face à la profusion d’informations émanant de sources innombrables, il est souvent difficile de démêler le vrai du faux et de déterminer la fiabilité des sources.

Heureusement, nous avons des outils à notre disposition: faire preuve d’esprit critique, ne pas se fier à ses premières impressions, être conscient de ses préjugés et évaluer la fiabilité des sources sont autant d’éléments qui peuvent nous aider à distinguer les faits de la fiction et à nous frayer un chemin dans les méandres de la réalité.